Épiphanie

Épiphanie, et puis voilà.
C’est donc venu, le temps changea.
Un aigle doré pour l’emmener
Jusqu’à ce mont tout coloré.

Petite France, Petite Fanny.
Oh ! Près d’Étienne, la Stéphanie.
La couronnée au cœur rempli.
Pas d’elle-même, Jésus l’a pris.

C’est donc bien clair, c’est le grand roi
Qui vint ici, agneau serein,
Téta sa mère, contre son sein.

Alors les mages, aux cœurs bien droits,
Baissèrent la tête pour un hommage.
Réjouis-toi ! Joli présage…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s