L’appel du roi

Ô France que j’aime, tu gémis dans le trouble et te voilà près de l’abîme. Mais Jésus, ton véritable roi, veille sur toi.

Ô France que j’aime, Dieu a fait alliance avec toi. Le secret d’amour de son Cœur doit se révéler chez toi. Parce que tu n’as pas su l’accueillir quand il s’est présenté à toi tu es tombée bien bas. Mais Dieu se souvient encore de toi.

Ton passé élogieux se rappelle à nous, et il nous faut redire aujourd’hui que chaque nation est unique, chaque pays a une vocation qui se manifeste dans une culture, un terroir, des valeurs, et des us et coutumes qui lui sont propres.

Alors Dieu aujourd’hui veut appeler pour la France son roi. Non pas pour un coup d’état politique ou pour des manigances partisanes, mais pour venir au secours du pays, de l’Église et du monde, et manifester les trésors d’amour du Sacré-Cœur.

Vous trouverez ici un descriptif des hommes providentiels que nous devrions attendre selon nous : https://sagessechretienne.fr/2022/02/24/lhomme-providentiel/

Les rois de France ont failli autrefois, car seul le Cœur de Jésus aurait pu leur permettre de rester humbles et petits. Seul le Dieu d’Amour peut garantir que ne règne pas l’orgueil et l’égoïsme. Seul le Dieu d’Amour peut donner un monde où chacun trouve sa place dans une communauté vivante.

Le roi que Dieu appelle aujourd’hui n’est pas un roi politique, mais un serviteur mystérieux venant instaurer l’ordre des apôtres des derniers temps. Il ressemble plus à Frodon qu’à Aragorn. Il nous sera manifesté bientôt et paraîtra bien petit et bien faible. Ni beau ni brillant, il aura pourtant mission d’apporter le salut de Dieu à la France, puis à l’Église et au monde.

Comme ce fut le cas des rois des France, il faut attendre l’attestation de sa mission par le signe de la guérison. Quand viendront les trois jours de ténèbres, quand tout semblera vaciller, quand la maladie se répandra en un rien de temps semant la mort. Alors, il n’y aura d’autre secours que d’invoquer le Sacré-Cœur de Jésus par l’intercession de saint Raphaël et en union avec l’élu de Dieu, et l’on trouvera la guérison. Comme le serpent de bronze dressé par Moïse, ces trois invocations dites ensemble donneront le salut : « Par le Sacré-Cœur de Jésus, par l’intercession de saint Raphaël et en union avec le serviteur de Dieu Henri de la Croix, que le salut et la guérison nous soient donnés. »

On pourrait s’étonner que l’on invoque ici saint Raphaël et non saint Michel. Mais Raphaël veut dire Dieu guérit. Et c’est par ce signe que Dieu veut nous envoyer son élu, qui bien sûr est guidé avant tout par saint Michel. Ce signe montrera sa légitimité, et qu’il convient de l’écouter. Il ne viendra pas pour gouverner, mais pour témoigner des mystères d’amour de notre Dieu.

Puis, un jour, dans bien longtemps, un autre roi, politique celui-là et de la race de saint Louis, qui se sera mis en tenue de serviteur durant des années, viendra avec la bannière du Sacré-Cœur à l’heure de l’épreuve où la France redevenue chrétienne devra faire face à un monde impie venu la détruire. Et par cette bannière invincible, et cette fois-ci par l’invocation de saint Michel, il remportera la victoire.

Les noces de l’Agneau

Une femme enceinte, c’est vraiment beau.

Mais une femme enceinte de Jésus, Dieu fait chair, c’est d’une beauté inimaginable. L’Esprit-Saint enveloppe cette femme, et Dieu le Fils prend chair en elle pour la gloire du Père.

Or Dieu veut venir ainsi dans le ventre de chaque femme pour l’éternité. Il veut vivre ses noces avec l’humanité de cette manière. Et Il veut que chaque homme accueille conjointement cet Enfant-Dieu avec une femme. Nous ayant créés par une étreinte d’amour, Il veut être accueilli chez nous par une étreinte d’amour. C’est un mystère immense, inouï.

Ce sont les noces de l’Agneau. Et c’est de cette irruption de la vie divine en nous que se déploie en nous toute vertu et toute grâce. C’est un mystère d’amour… Saint Jean, qui le connaissait, dit, dans l’Apocalypse au chapitre 10, qu’il avait reçu l’ordre de n’en rien dire, car cela a été gardé pour un temps futur. Sainte Gertrude, à qui l’Apôtre apparaissait, lui a demandé pourquoi il n’avait rien dit des secrets d’amour qu’il avait entendu en reposant sur le Cœur de Jésus. Saint Jean a répondu que son rôle était de témoigner du Verbe fait chair et que cela était suffisant, mais que les secrets du Cœur de Jésus étaient gardés pour un temps où la charité se sera beaucoup refroidie ; ils seraient révélés pour le sortir de l’abîme. Jésus l’a dit aussi : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, lui l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité toute entière » (Jn 16, 12-13).

Lire la suite « Les noces de l’Agneau »

L’heure du septième ange

Nous vivons une époque étonnante… Celle où tout un monde part à la déroute. Que s’est-il passé ? Notre espérance d’un monde de paix aurait-elle été vaine ? Les chrétiens ont amorcé à partir du dix-neuvième siècle un ralliement à une modernité qui s’était construite dans le rejet du christianisme, espérant la transformer. Vatican II a scellé ce rapprochement. Et maintenant nous en goûtons les fruits amers. Ce n’est pas que ce rapprochement était vain et inapproprié. Mais c’est juste qu’il ne fallait pas en attendre plus qu’une tentative de semer ce qui pouvait encore être semé dans l’attente du mystère de la Croix.

De fait, les pères de l’Église nous ont dit que l’Église, qui est le Corps du Christ, était appelée à revivre ce qu’a vécu la Tête qui est Jésus : après la croissance, viendrait la maturité, la Passion, et la Résurrection.

On dit des derniers siècles et de Vatican II que c’est l’Église qui prend conscience d’elle-même : libéré du poids de la chrétienté, elle a le temps et les moyens de s’interroger sur ce qu’elle est, et ce que devrait être un monde chrétien. On perçoit dans tout cela les prémices d’un grand renouveau, comme une préparation pour des noces. Mais ce renouveau ne peut advenir, répétons-le, que par la Passion et la Résurrection.

Lire la suite « L’heure du septième ange »

Le grand roi

Tapisserie de l’Apocalypse : La Femme met au monde un enfant mâle (Ap 12).

Des légendes et prophéties lointaines ou actuelles, de plusieurs siècles et millénaires jusqu’à aujourd’hui, nous annoncent l’arrivée d’un grand roi. Cela a traversé les âges, et a laissé une ample littérature. Venant de France, qui est la Fille Aînée de l’Église, il doit mettre fin au règne de Satan, et ramener ce monde au Christ et à Dieu. Cela fait écho, dans l’eschatologie juive, à la venue du messie fils de Joseph, de la tribu d’Éphraïm, qui doit préparer le chemin du messie fils de David, de la tribu de Juda. De fait, les juifs attendent deux messies : l’un pour préparer les chemins du Seigneur, comme l’a fait saint Jean-Baptiste, tel Élie le prophète ; et l’autre pour régner durant l’Ère de la Promesse. Ce messie fils de David, pour un chrétien, est le Christ Jésus, notre Seigneur, Dieu s’étant fait homme.

Ainsi, de même que Dieu a envoyé saint Jean-Baptiste préparer sa venue dans la chair, Il nous enverra un élu pour préparer son retour dans la gloire. Ou plus exactement pour faire advenir cette civilisation chrétienne que nous attendons qui doit manifester au monde le projet de Dieu sur sa création, avant que dans un ultime combat eschatologique tout ne s’achève pour la gloire de Dieu. Dieu a décidé, à un moment donné de l’histoire, de revenir par ses saints, pour fonder la civilisation de l’amour qui sera un temps de paix et de justice (cf le livre de Patrick de Laubier, La civilisation de l’amour selon Paul VI).

Cet élu ou grand monarque, certains l’attendent comme un chef politique, de la même manière que les juifs ont attendu le messie pour régner sur Israël et chasser les Romains. Tel n’est pas notre avis. Selon nous, le grand roi a essentiellement une mission spirituelle qui touche à ce qui a été prophétisé sous le nom des petits apôtres de l’amour, par exemple à Marcel Van. Ces petits apôtres doivent manifester au monde les secrets d’amour de notre Dieu. Ils doivent ramener le cœur des hommes égarés vers les beautés du Dieu de Miséricorde. Et ils doivent se rassembler dans un ordre de saints pour porter les combats des derniers temps.

Lire la suite « Le grand roi »

Les quatre cavaliers

Du livre de l’apocalypse, au chapitre 6, verset 1 à 8 :

« Je regardai, quand l’agneau ouvrit un des sept sceaux, et j’entendis l’un des quatre êtres vivants qui disait comme d’une voix de tonnerre : Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc ; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre.

Quand il ouvrit le second sceau, j’entendis le second être vivant qui disait :Viens. Et il sortit un autre cheval, rouge feu. Celui qui le montait reçut le pouvoir d’enlever la paix de la terre, afin que les hommes s’égorgeassent les uns les autres; et une grande épée lui fut donnée.

Quand il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième être vivant qui disait : Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. Et j’entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d’orge pour un denier ; mais ne fais point de mal à l’huile et au vin.

Quand il ouvrit le quatrième sceau, j’entendis la voix du quatrième être vivant qui disait : Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval verdâtre. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre. »

Lire la suite « Les quatre cavaliers »

Revenir au lieu de la Promesse

Commentaire de Genèse 18, 1-16 : Au Chêne de Mambré

Au Chêne de Mambré a eu lieu une rencontre entre Abraham et Sarah et trois hommes de Dieu, que l’on a parfois identifiés à trois anges, et que l’on a associés à Dieu lui-même. Abraham et Sarah les invitent à venir partager un repas. Et les hôtes leur annoncent qu’ils auront un fils l’an prochain. Sarah pourtant est vieille et stérile, et cette annonce la fait rire. Pourtant, un an plus tard, naîtra Isaac. C’est la promesse de Dieu qui s’accomplit miraculeusement. Et c’est le début du peuple hébreu au sein duquel naîtra des siècles plus tard Jésus-Christ notre Seigneur.

Il nous faut revenir aujourd’hui à ce lieu de fondation, car nous sommes comme ce couple vieux et stérile. Dieu avait déposé en l’homme un appel à la fécondité. « Soyez féconds et multipliez-vous… » (Gn 1, 28). Dieu nous avait fait pour le partage et la rencontre. Dieu voulait faire de belles familles. Dieu voulait nouer une relation amoureuse avec nous. Et nous sommes en train de tout détruire.

Non pas que tout ne soit perverti en ce monde. Mais les structures de mort ont atteint une telle puissance que nous ne pourrons pas résister à leurs assauts, et nous deviendrons vieux et stériles. Nous risquons de perdre notre espérance. De fait, une bataille décisive est engagée. Le Satan et toute la puissance des démons sont à l’œuvre. Il faut en avoir conscience.

Alors, il faut revenir au Chêne de Mambré qui célèbre l’amour comme un don de Dieu, qui croit que Dieu est capable de nous rendre notre jeunesse et notre fécondité, qui s’appuie avec confiance sur les promesses de la Divine Providence. Il faut accueillir cette promesse, comme l’ont fait Abraham et Sarah. Ou comme l’ont fait Anne et Joachim, qui étaient vieux et stériles eux aussi, et à qui Dieu a promis la naissance de Jean-le-Baptiste (Luc 1, 13).

Lire la suite « Revenir au lieu de la Promesse »
À la Une

Un signe va être donné

Alors que le monde vit au rythme des confinements et des déconfinements… Un signe va être donné. Nous le voyons arriver là-haut sur les montagnes, tel un chemin qui mène depuis la France jusqu’à en Terre Sainte, tel le signe de Jonas. Celui-ci fut transporté par la baleine jusqu’à Ninive : un témoin fut donné par Dieu et un chemin de vie s’est ouvert. Ce signe sera ignoré par beaucoup, insignifiant pour d’autres. Mais pour ceux qui l’accueilleront, il sera riche de nombreux sens.

Le signe de Jonas montrera qu’il y a un voyage à faire pour aller vers la Civilisation de l’Amour. Nous avons un exode à vivre pour entrer dans ce monde qui nous est promis. Ensuite il montrera que ce voyage ne se fera pas par des moyens humains, qu’il sera un don de Dieu, réalisé par les moyens de Dieu. Enfin, il montrera que Dieu ne nous abandonne pas, qu’il répond à nos prières, qu’il veut réaliser une œuvre dans le monde.

Le signe de Jonas désignera une multitude de témoins que Dieu a choisi pour que son œuvre s’accomplisse.

Lire la suite « Un signe va être donné »

Sagesse, anges et famille

Un moyen simple pour savoir si une spiritualité ou une pensée est équilibrée, c’est de voir la place qu’elle laisse aux anges et à la famille. Quand il manque l’un ou l’autre, il faut toujours garder une certaine méfiance. Les anges et la famille sont des remparts contre toutes les idéologies. À ces deux réalités, on peut ajouter en spiritualité chrétienne et en théologie la place donnée au sacrement de l’eucharistie. Eucharistie, anges et famille… Ces réalités sont si concrètes et si essentielles que si l’on passe à côté d’elles, ou si elles n’influencent pas toutes nos manières de nous situer dans l’existence, c’est qu’il y a un problème quelque part.

Quant à nous, nous avons présenté au travers de ce site diverses intuitions sur ces sujets qui sont autant de pistes pour avancer dans la réflexion et cheminer dans le travail d’explicitation de la Révélation. Le champ est immense… Et l’on découvre de nombreux lieux que l’on ignorait et qui sont encore à défricher et à évangéliser… Nous pensons qu’il faudra des siècles pour digérer les intuitions que l’on pressent sur ces sujets. Des intuitions qui permettront de mieux unifier notre manière de vivre le christianisme et de le penser.

L’Église a déjà beaucoup contemplé le mystère eucharistique. Mais il se peut qu’il y ait encore quelques lacunes dans la manière dont elle a exploré le mystère des anges et celui de la famille. Les mystères s’interpellant les uns les autres, ce sont tous les mystères qui se trouvent déséquilibrés dans leur présentation. C’est pourquoi, nous pensons que, dans quelques temps, aura lieu un nouveau concile dans l’Église, le concile Vatican III, qui portera plus particulièrement sur les anges et sur la famille. Et ce afin de remédier à cela, et d’entrer davantage dans le mystère divin. Les anges et la famille : ce sont les créatures de Dieu, appelées à la vie divine et à former l’Église, qui accueilleront le projet d’amour de Dieu sur ce qu’elles sont.

Lire la suite « Sagesse, anges et famille »

Antivirus

« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. » (Mt 11, 25-27)

Il y a le coronavirus. Mais il y a aussi le virus de l’idiotie qui frappe bon nombre de nos contemporains. Nous en avons un exemple dans cette jauge de trente personnes que le gouvernement veut imposer aux lieux de culte. Nous en avons un autre dans cet acharnement à briser les forces vitales de nos sociétés par des mesures inappropriées pour préserver la santé. Mais plus largement, c’est tout le jugement de la société ambiante qui est altérée, car elle ne va pas puiser à la source de la sagesse. Elle divague, elle erre, elle ne sait plus où aller, elle se divise, elle s’effondre. Elle est organisée en empire, mais elle n’a plus aucune réelle cohésion, ni horizon digne de ce nom. Le constat est pour nous clair et sans appel : il n’y a plus rien à tirer de la logique du monde actuel qui ne va plus faire que péricliter et s’effondrer.

L’antivirus est connu. C’est la Parole de Dieu qui vient agir jusqu’au plus intime de l’âme, et nous ouvrir aux splendeurs du projet divin. C’est l’Esprit-Saint qui peut agir avec puissance, pour nous guérir et nous relever. Ce sont les sacrements qui font vivre en nous la vie divine. C’est le Christ, dont la Seigneurie est source de vie et d’amour. Et c’est le Père de Miséricorde, qui nous attend et qui est le seul qui puisse combler nos cœurs.

Dieu a prévu un antivirus. Une sorte de bombe de l’amour qui va éclater. C’est tout un monde qui est sur le point d’éclore.

Que celui qui en doute prenne le temps d’explorer ce que nous racontons dans les pages et articles de notre site internet, et qu’il juge par lui-même.

Demain sera différent. Parce que Dieu en a décidé ainsi… Il a décidé d’agir dans sa bonté et sa fidélité.

Lire la suite « Antivirus »

Bientôt l’aurore !

Confinés, déconfinés, reconfinés… Privés de messes et de sacrements… Affaiblis par tant de mesures déstructurantes pour la société… Nous avions érigé la liberté et les droits individuels en idole… Mais il y a finalement quelque chose que nous idolâtrons plus que cela : nous avons été prêts à tout sacrifier pour la santé ! Au nom d’un petit virus, nous sommes en train d’oublier que la relation entre nous et la relation avec Dieu est plus importante que la santé. Au nom d’un petit virus, nous sommes en train de mettre notre pays au bord du chaos. Nous avons beau faire semblant et nous rassurer en nous disant que tout cela était peut-être nécessaire et que cela prendra fin, que nous sortirons du tunnel, j’ai bien peur que nous allons bientôt assister à la fin du monde tel que nous l’avons connu.

La foi chrétienne nous dit que, depuis que des anges ont renié Dieu, il y a un complot pour détruire l’humanité, pour détruire notre monde, pour détruire l’œuvre de Dieu : c’est celui des démons. Qui concrètement parmi les hommes et les femmes servent les démons ? C’est difficile à dire : certains le font très inconsciemment, d’autres beaucoup plus consciemment. Mais, en tout cas, il y a bien un complot. Et par des êtres qui ont une intelligence bien supérieure à la nôtre.

Aujourd’hui, l’on voit une sorte de nébuleuse mondialiste, qui, tel un Dragon, s’apprête à déstructurer complètement notre monde par des subterfuges très élaborés, pour réaliser son œuvre de mort, pour faire disparaître la vie authentiquement humaine et chrétienne. Pourra-t-elle être arrêtée ?

Lire la suite « Bientôt l’aurore ! »